"CONSTRUCTION DE L'ÈGLISE ORTHODOXE RUSSE À STRASBOURG

"CONSTRUCTION  DE L'ÈGLISE ORTHODOXE RUSSE  À STRASBOURG Donate

Message de Noël du patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie

06.01.2019

 Message de Noël du patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie Aux archipasteurs, pasteurs, diacres, moines aimant Dieu et à tous les fidèles enfants de l’Église orthodoxe russe

 

Bien-aimés dans le Seigneur archipasteurs, vénérables prêtres et diacres, moines et moniales aimant Dieu, chers frères et sœurs,

Je vous adresse à tous mes meilleurs vœux en cette fête de la Nativité de notre Seigneur Jésus Christ, grande et salutaire pour le monde.

Aujourd’hui, comme les bergers de Bethléem il y a deux mille ans, nous entendons avec joie et attendrissement l’acclamation solennelle des anges : « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu’Il agrée ! » (Lc 2,14). Entendant ces paroles merveilleuses, notre cœur acquiert la consolation et s’emplit de gratitude pour le Créateur. Le Seigneur tout-puissant Lui-même, Dieu puissant, Père éternel (Is 9,6), condescend à naître dans le monde comme un simple homme. La prophétie du roi-psalmiste s’accomplit, annoncée par l’Esprit Saint : La miséricorde et la vérité se sont rencontrées, la justice et la paix se sont embrassées, la vérité s’est levée de la terre, et la justice a regardé depuis le ciel (Ps 84,11-12). Il en est advenu ainsi : Un enfant nous est né, un fils nous est donné (Is 9,6), afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle (Jn 3, 16).

Durant son histoire, l’humanité a cherché Dieu assidûment, se languissant de la communion perdue avec son Créateur. En réponse à ces efforts, en réponse à l’aspiration vers le ciel des cœurs et des mains, le Seigneur a manifesté Son amour envers le genre humain, étendant vers nous Sa main salvatrice. En Jésus Christ, après de longs millénaires, Dieu et l’homme se sont enfin rencontrés, la terre et le ciel se sont unis, la quête spirituelle des fils et des filles d’Adam a abouti.

Dans l’évènement de la Nativité du Christ, ce sont à la fois les Mystères et la Révélation qui nous sont donnés, car la raison humaine n’est pas capable de comprendre entièrement comment le Créateur, Celui qui pensa l’univers, Dieu, Infini par nature, peut descendre en notre monde déchiré par le péché et se manifester sous la forme d’un enfant sans défense, né dans une grotte où les bergers et les troupeaux se protégeaient du mauvais temps. La gloire, chantée par les puissances célestes, prêchée par les sages orientaux et dont témoignent les simples bergers, est proclamée à pleine voix à tous les confins de la terre. Tout ceci nous découvre la profondeur de l’ineffable sagesse divine, nous rend participants du Dessein caché de la Trinité sur le salut de l’homme.

Nous le savons aujourd’hui : Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique… pour que le monde soit sauvé par Lui  (Jn 3,16-17). Désormais, étant justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, à qui nous devons d’avoir eu par la foi accès à cette grâce, dans laquelle nous demeurons fermes, et nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu… parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné (Rm 5,1-2,5).

Penchons-nous pieusement sur la modeste crèche où repose l’Enfant calme et doux. Penchons-nous avec crainte de Dieu et tremblement car c’est ici que commence le chemin de croix terrestre du Seigneur Jésus, ici que prend source notre salut. Inclinons-nous et, glorifiant le Fils éternel de du Père, délectons-nous de la paix ineffable, dépassant l’entendement, qui emplit notre âme.

Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu’Il agrée ! entonnons-nous encore et encore à la suite du chœur angélique. L’amour divin, manifesté dans la Nativité du Sauveur, apporte aux hommes la vraie paix. Cette paix, aucune confusion du quotidien, aucun bouleversement social, aucun désordre politique, et même aucun conflit armé ne peut la faire chanceler, car la paix du Christ recèle une telle force spirituelle qu’elle écrase toute affliction terrestre et tout malheur (Saint Igance Briantchaninov, Expériences ascétiques).

Mais comment acquérir la paix de l’âme ? Comment s’approprier ce grand don spirituel ? Les saints pères sont unanimes : l’action de la paix du Christ en l’homme est un signe important de ce qu’il vit selon les commandements évangéliques. Par-dessus toute chose, enseigne saint Paul, coryphée des apôtres, revêtez-vous de la charité qui est le lien de la perfection. Alors, poursuit l’apôtre, la paix du Christ, à laquelle vous avez été appelés…, règnera dans vos cœurs (Col 3,14-15).

Le Seigneur cherche des hommes de bonne volonté qui suivront Sa loi, qui témoigneront du salut à leurs proches et à tous, et qui annonceront les vertus de Celui qui nous a appelés des ténèbres à Son admirale lumière (I P 2,9).

Montrons-nous dignes de cette vocation. Ainsi, ayant vu la glorieuse Nativité du Christ dans la crèche, rejetons la vanité du monde (8e kondakion de l’Hymne acathiste de la Nativité), élevons-nous en pensée vers le ciel, glorifiant le Créateur de toute chose, partageons notre joie de l’Incarnation du Sauveur avec ceux qui nous entourent, avec ceux qui ont besoin de notre sollicitude, qui sont dans la tristesse ou qui traversent des circonstances difficiles.

Que le Seigneur nous aspire d’œuvrer avec ardeur à notre vie chrétienne, afin que la foi se fortifie en nous, que l’espérance ne s’épuise pas et que la charité grandisse ; afin qu’entrant dans la solennité de la lumineuse fête de Noël, nous proclamions inlassablement au monde la grandeur du mystère de la piété (I Tm 3,16), que nous portions aux hommes la consolation et la paix bénie du Christ. Amen.

 

+CYRILLE

PATRIARCHE DE MOSCOU ET DE TOUTE LA RUSSIE

 

Nativité du Christ

Moscou

2018/2019