"CONSTRUCTION DE L'ÈGLISE ORTHODOXE RUSSE À STRASBOURG

"CONSTRUCTION  DE L'ÈGLISE ORTHODOXE RUSSE  À STRASBOURG Donate

L'abbesse Nina (Bojanus) et ses racines alsaciennes

L'abbesse Nina (dans le civile - Vera Karlovna Bojanus) est née à 1876 à Moscou. Son père Karl Karlovitch Bojanus, d'origine alsacienne, était un remarquable médecin-homéopathe et un scientifique reconnu, auteur de nombreux ouvrages et articles en médecine. La mère de Vera, Olga Sémenovna, descendante des nobles de Kalouga - les Khlustine - était une femme éduquée et avait une foi profonde. Dans sa jeunesse, elle a vécu quelques années à Paris dans la famille de sa tante - la comtesse de Circourt. Alphonse de Lamartine lui a consacré un de ses poèmes intitulé «A la spirituelle Olga». Ayant épousé Karl Karlovitch, elle a épaulé son mari dans son difficile travail scientifique. Par ailleurs, Olga Sémenovna s'est sacrifiée pour l'éducation de ses six enfants auxquels elle transmettait la rigueur, la simplicité, la diligence et l'esprit d'abnégation, les associant à ses nombreuses activités de bienfaisance.

La fille cadette, Vera, a grandi et a été éduquée à la maison. Ayant obtenu le diplôme de préceptrice, elle a continué ses études à la faculté de philosophie de l'Université de Londres. Maîtrisant parfaitement plusieurs langues, elle a traduit de nombreux textes théologiques en russe.
Avec sa pieuse mère Vera Karlovna s'est activement consacrée aux activités d'éducation et de bienfaisance à la fois dans la province de Samara où se trouvait le domaine parental et à Tiflis (Géorgie) où la famille s'est installée dans les 1890s. Durant cette période, les Bojanus étaient en contact étroit avec les éminents hiérarques de l'Eglise comme l'archevêque Vladimir (Bogoiavlenski) et l'archimandrite Serapim (Mécheriakov). Sous leur influence Vera Bojanus a choisi la voie monastique et est entrée en 1898 au Monastère du Sauveur Miséricordieux de Virov à l'archevêché de Varsovie. Seulement une année plus tard, âgée de 23 ans, "en raison de sa très grande ferveur religieuse et de son dévouement auprès des pauvres et des malades", Vera été admise à la vie monastique sous le nom de Nina. Quelques temps après, la moniale Nina est entrée au monastère de la Trinité-Saint-Serge de Riga, et en 1904 a été nommée à l'ancien monastère Saint-Sauveur- Sainte-Evfrosinia de Polotsk.

En novembre 1905, le Saint Synode de l'Eglise Orthodoxe Russe l'a confirmée dans son poste de directrice de l'école du monastère Saint-Sauveur-Sainte-Evfrosinia de Polotsk. Sous sa direction d'une pauvre école accueillant trois années, l'établissement s'est élargi jusqu'au cycle de six années et a reçu le statut d'école diocésaine. Grâce aux efforts de la moniale Nina, un nouvel édifice à trois étages en pierre a été érigé. Dans cet édifice, elle a construit et financé elle-même la chapelle de la Sainte Trinité en mémoire de sa mère. Ce bâtiment existe toujours, mais n'a jamais été restitué au monastère. En outre le programme scolaire a été élargi et amélioré. On y a ajouté les langues étrangères et la peinture qu'elle enseignait elle-même. Mère Nina accordait une attention toute particulière à l'éducation spirituelle de ses élèves. Elle organisait des entretiens autour de la foi et de la vie selon l'Evangile en dehors des cours. Ces entretiens ont été littéralement transcrits et publiés en 1913 à Polotsk sous le titre "Nos entretiens sur la vie". Ses activités pour l'aménagement et l'amélioration de l'école lui ont valu la croix pectorale en 1908, et en 1914, elle a été accordé le titre d'abbesse.

Au cours de la première guerre mondiale, par le dévouement à sa Patrie elle a aménagé un lazaret dans son propre appartement de l'école et en a assuré le fonctionnement sur sa fortune patrimoniale. L'abbesse Nina y a travaillé en tant que sœur de charité et a encore étendu son activité à l'hôpital installé dans le bâtiment de l'école. Parfois elle faisait jusqu'à 150 bandages par jour, ayant toujours à charge plus de 200 élèves, ainsi que le personnel de l'école.

En 1915, à l'approche des troupes allemandes, l'école a été évacuée et installée à Rostov dans le monastère de la Trinité - Saint - Serge Varnitskii. Là aussi, mère Nina et ses sœurs ont continué à travailler comme sœurs de charité à l'hôpital de l'Exaltation de la Croix de Rostov.

L'abbesse Nina se trouvait dans la maison de famille de Samara lors que la révolution a éclaté. Ici, son nouveau ministère pour le bien des prochains a commencé. Dans les années 1920, mère Nina a obtenu le diplôme de médecin généraliste de la faculté de médecine de l'Université de Samara. Mère Nina a passé les dernières années de sa vie au village de Kinel-Tcherkassy, province de Samara, dans la maison de sa fidèle assistante de l'école de Polotsk, Fekla Ivanovna Kloppe.

Le chemin terrestre de mère Nina s'est achevé en la veille de la grande Fête de la protection de la Sainte Vierge - le 13 octobre 1953. Elle est enterrée au cimetière du village de Kinel-Tcherkassy.

A tous les endroits où elle a vécu, mère Nina travaillait pour la gloire de Dieu, se sacrifiant pour son prochain. Comme "une ville située sur une montagne ne peut être cachée" (Matthieu, 5:14), la vie de mère Nina, une grande ascète du XX-ème siècle, n'a pu rester cachée. La volonté du Seigneur était de sauvegarder sa mémoire dans les générations postérieures, selon la Sainte Ecriture : "Les justes vivent éternellement, leur récompense est dans le Seigneur qui est leur part. Le Très Haut lui-même prend soin d'eux" (Sagesse de Salomon 5:15).

En 2000, les archives du monastère Saint-Sauveur- Sainte-Evfrosinia de Polotsk ont reçu quelques photographies de mère Nina. C'est à ce moment que la recherche sur sa vie et son œuvre monastique a débuté. Au printemps 2001, les sœurs de Polotsk ont effectué un premier voyage au village de Kinel-Tcherkassy où elles ont trouvé la tombe de l'abbesse Nina, et en août de la même année une croix mémoriale a été installée sur sa tombe. La tombe de Karl Karlovitch et d'Olga Sémenovna, les parents de la mère Nina, a été aussi restaurée après des années de ruine soviétique.

En 2003, l'année du 50-ème anniversaire de la mort de mère Nina, les sœurs du monastère de Polotsk ont publié le livre "Nos entretiens sur la vie" incluant les conversations de mère Nina avec les élèves de l'école du monastère Saint-Sauveur - Sainte - Evfrosinia de Polotsk, la biographie de mère Nina, sa correspondance et les témoignages de ses contemporains.

La mémoire de l'abbesse Nina et de sa sainte vie en Christ est toujours vivante dans le monastère, dans les cœurs des sœurs et de nombreux admirateurs de cette grande ascète de la foi et de la charité.

 Plus d'information sur L'abbesse Nina (Bojanus)