"CONSTRUCTION DE L'ÈGLISE ORTHODOXE RUSSE À STRASBOURG

"CONSTRUCTION  DE L'ÈGLISE ORTHODOXE RUSSE  À STRASBOURG Donate

01.04.2020

 le 30 mars 2020 le site orthodoxe russe “Miséricorde”, consacré à la bienfaisance, a publié l'interview avec l’archimandrite Philippe Ryabykh, recteur de la paroisse patriarcale de Tous les Saints à Strasbourg et représentant du Patriarcat de Moscou auprès des institutions européennes. Ici on publie une traduction de son propos en français . 



28.03.2020 / SMIRNOVA Yana

 

«Nous n'avons tous pas eu assez de temps pour prier, lire et méditer l'Évangile. Et le Seigneur nous a trouvé assez de temps pour le faire. »

«Dans une certaine mesure, le Seigneur nous envoie tous à la réclusion maintenant»

Archimandrite Philippe (Ryabykh), recteur de l'église de Tous les Saints à Strasbourg:

- L'église est un organisme vivant où le Saint-Esprit nous dirige. La vie de l'Église a son propre rythme: le temps des fêtes et le temps de prosternations avec des larmes et “en cilice”. Tout dans notre vie se passe selon la volonté de Dieu ou sa permission. N'est-il pas évident que ce virus a été laissé rentrer par Dieu? Les chrétiens ont toujours regardé de cette façon sur la propagation de maladies mortelles.

L'Eglise connaît de nombreux exemples de personnes qui se sont volontairement retirées pendant un certain temps de la prière commune pour se repentir, pénétrer profondément en elles-mêmes et rester isolées avec Dieu.

Dans une certaine mesure, le Seigneur nous envoie tous en retraite maintenant, non seulement à cause de notre humeur spirituelle élevée, mais afin de nous guérir du laxisme spirituel.

J'entends souvent des croyants qu'il n'ont pas de temps pour lire les prières, le Psautier, l'Évangile. Et finalement, le Seigneur nous a trouvé suffisamment de temps pour cela. Nous disons que nous n'avons pas le temps d'aller aux liturgies du dimanche et des fêtes, et maintenant le Seigneur nous en libère.

Nous devons voir qu'au cours des dernières années, nous sommes devenus très froids envers l'amour de Dieu et avons cessé de l'apprécier.

Regardez combien il y a de mal autour: le monde est au bord de nouveaux conflits mondiaux, la planète est polluée, les ressources sont consommées avec gourmandise, la haine mutuelle entre les peuples augmente, tout ce qui est sacré et moral est rejeté. Et maintenant, nous avons la possibilité de tout réparer. Maintenant, il est très important de se concentrer, d'apprendre à mettre l'essentiel en premier lieu, de prier dans son “église” de famille, c'est-à-dire à la maison, montrer de l'amour pour les autres.

Nous devons prendre soin des personnes âgées, des malades, des faibles. Après tout, il y a des gens qui ne peuvent même plus aller au magasin et ils ont besoin d'aide. Il faut maintenant montrer de l'amour les uns pour les autres, apprendre la paix et l'entraide. Je pense qu'à cette fin, le Seigneur nous a donné cette réclusion. Pour que nous changions nos vies et que nous redevenions ouverts à Ses dons. »

"L'interdiction de réunion n'est pas une lutte contre la foi chrétienne."

- Je suis vraiment désolé que nous ayons dû fermer notre église pour que les croyants y accèdent, car dans la vie d'un chrétien, la prière commune est très importante et, bien sûr, le sacrement principal l'Eucharistie.

Cependant, nous comprenons la gravité du problème, car l'Alsace (la région comprenant la ville de Strasbourg, où le Père Philippe sert, - ndlr.) est l'un des épicentres de la propagation du virus en France. Les statistiques ici sont complètement sombres - le nombre de cas et de décès continuent d'augmenter, les patients sont emmenés dans d'autres régions, car en Alsace il n'y a pas assez d'appareils de respiration artificielle.

Ici, les statistiques d'Internet et de la télévision ne sont pas seulement des chiffres, mais ce que nous voyons réellement. Je connais personnellement des gens qui ont contracté le coronavirus.

Les autorités françaises luttent activement contre l'épidémie, et leur tâche est d'organiser l'ensemble de la société dans cette lutte conformément aux recommandations des médecins. Une méthode de lutte importante consiste à empêcher tout rassemblement. Toutes les réunions en tant que telles sont dangereuses car le virus peut être transmis à travers elles à grande vitesse.

Une personne peut même ne pas venir au Calice avec les Dons pendant la liturgie, mais a la chance de rentrer chez elle malade, juste en étant à côté d'un voisin infecté, et de porter le virus plus loin. Il s'agit donc d'un problème purement technique. De plus, les offices en tant que tels ne sont pas interdits, ils sont effectués dans notre église, mais jusqu'à présent uniquement par le clergé.

«Notre tâche principale est de rester une communauté»

Et les nouvelles technologies, y compris les réseaux sociaux, peuvent partiellement y contribuer. Bien sûr, le lien principal entre les croyants est la prière, y compris la prière, que chacun peut faire à la maison, dans sa cellule.

Dans le même temps, les offices sont maintenus dans de nombreuses églises sans les croyants, et je pense que la diffusion en ligne est une bonne forme qui aide les gens à maintenir un lien spirituel avec leur paroisse et à se sentir soutenus.

Cette forme, cependant, est connue depuis longtemps - la diffusion les offices de Noël et de Pâques, qui ont toujours été une consolation pour ceux qui ne pouvaient pas venir à l’église la célébration des fêtes. Et maintenant, elle obtient un nouveau développement.

Un autre problème est la confession en ligne. Nous en discutons maintenant activement avec les paroissiens.

Si le sacrement d'une personne est impossible à mener à distance, la confession est bien réelle. Par téléphone, le prêtre peut écouter, le confesseur peut parler et il n'y a aucun obstacle à distance pour le pouvoir de la prière permissive.

Il y a déjà des précédents dans la pratique de l'Eglise: à titre exceptionnel, certains confesseurs absolvent leurs paroissiens par notes ou par téléphone. Nous voulons maintenant organiser une confession en ligne pour nos paroissiens.

Bien sûr, cela est lié exclusivement à la situation actuelle et est nécessaire pour soutenir les gens, leur donner la force de combattre les péchés, les infirmités et garder leur esprit en éveil.

Les liturgies en ligne, la confession online - sont comme du plâtre ou des béquilles qui sont nécessaires lorsqu'une jambe ou un bras sont cassés.

«La Sainte Eucharistie ne peut être remplacée par aucune transmission»

Il existe une bonne analogie pour expliquer la différence entre la prière à l'église et les émissions en ligne. C'est la différence entre la musique live et la musique enregistrée. Peu importe comment la technologie de reproduction sonore se développe, 

rien ne remplacera jamais la musique live, car les vibrations sonores de l'instrument et l'énergie d'un artiste donnent à la musique un pouvoir d'impact inhabituel. C’est ainsi avec la prière à l'église.

Par moi-même et par mes paroissiens, je vois combien nous avons soif de la prière commune. Soif de liturgie, qui signifie en traduction «cause commune».

Maintenant, les paroissiens des églises fermées commencent à comprendre ce qu'ils ont perdu et combien cela leur a été cher.

La célèbre parabole des invités au festin permet d'expliquer ce qui se passe. Il me semble que les croyants désormais se sentent approximativement indignes de cette fête. Je me souviens comment, dans mes sermons, j'ai comparé nous même plusieurs fois avec ceux qui étaient appelés et indignes, et maintenant ce n'est pas une comparaison, mais une réalité.

Le Seigneur nous a tous appelés à une fête à bras ouverts, mais nous ne l'avons pas apprécié.

Nous avons l'habitude: vous pouvez toujours venir communier, car les églises sont ouvertes.

Maintenant, nous sommes devant les portes closes. Je pense que lorsque cela deviendra possible, les gens atteindront l’église avec une vigueur renouvelée, avides de prière commune. Peut-être que nous pouvons tous jeter un regard neuf sur notre vie spirituelle.