"CONSTRUCTION DE L'ÈGLISE ORTHODOXE RUSSE À STRASBOURG

"CONSTRUCTION  DE L'ÈGLISE ORTHODOXE RUSSE  À STRASBOURG Donate

Message de Pâques du patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie

12.04.2015

 Bien-aimés dans le Seigneur éminents évêques, vénérables prêtres et diacres, moines et moniales aimant Dieu, chers frères et sœurs !

C'est dans la joie que m'adressant à vous je lance cette ancienne et de tous les temps nouvelle triomphante exclamation : LE CHRIST EST RESSUSCITÉ !

Les fondements de notre foi, le don de l'espoir, la source de tout amour sont exprimés dans l'admirable consonance de ces paroles réellement vivifiantes.

Hier encore, en union avec les disciples du Seigneur nous étions dans le deuil de notre bien-aimé Maître, alors qu'aujourd'hui nous triomphons, de concert avec l'univers entier, visible et invisible : « Le Christ n'est plus dans le tombeau, joie éternelle » (Canon de la Sainte Pâque). Hier encore, nous craignions que notre dernier espoir de salut se soit éteint, aujourd'hui une ferme espérance de vie éternelle nous a été donnée « dans la lumière inextinguible qui éclaire le Royaume de Dieu ». Hier encore, le spectre de la corruption pesait sur le monde créé nous faisant douter de la raison même de notre existence terrestre, alors qu'aujourd'hui nous proclamons à tous et à chacun l'immense victoire de la Vie sur la mort.

Animé par le Saint Esprit, l'apôtre Paul disait à propos de la signifiance du miracle qui s'est produit en cette lointaine mais proche de tout chrétien nuit qu'il est primordial pour notre foi : « Mais si le Christ n'est pas ressuscité, vide alors est notre message, vide aussi votre foi » (1 Co 15,14). La Pâque du Seigneur est l'essence et la force invincible de la chrétienté, selon Saint Philarète de Moscou : «Elle crée l'espoir, irradie l'amour, donne des ailes à la prière, accorde la grâce, enseigne les sages, chasse tout malheur et la mort même, vivifie la vie, de rêve transforme la béatitude en état tangible, la gloire n'est plus une illusion mais devient un éclair éternel de la lumière éternelle illuminant tout et ne frappant personne » (Homélie en la journée de la Sainte Pâque, 1826).
La foi en la Résurrection du Christ est indissolublement liée avec la foi de l'Eglise en ce que le Fils de Dieu s'étant incarné et ayant donné la Rédemption au genre humain, ayant brisé les fers du péché et de la mort nous a donné une authentique liberté spirituelle et la joie de l'union avec notre Créateur. Nous tous, réunis en cette nuit radieuse dans nos églises orthodoxes afin de « goûter au banquet de la foi, au trésor de la bonté » selon l'homélie de Saint Jean Chrysostome participons à cette joie.

Pâques est l'apogée du chemin rocailleux qu'a franchi le Sauveur, chemin couronné par les souffrances et le Sacrifice du Golgotha. Quoi de surprenant à ce que les textes patristiques et liturgiques désignent à plusieurs reprises le Christ comme « Celui qui, le premier, a accompli l'exploit de notre salut ». « Car c'est un exemple que je vous ai donné » (Jn 13, 15) dit le Seigneur à ses disciples nous exhortant tous à suivre l'exemple de Sa vie.

Mais comment pouvons nous imiter le Seigneur ? Quelle pourrait être la nature de notre exploit face aux réalités du monde moderne ? Lorsque nous disons « exploit » surgit souvent l'image d'un légendaire guerrier ou d'un grand personnage de l'histoire ou bien d'un célèbre héros du passé. Mais la signification de l'exploit ne réside nullement dans la quête d'une gloire immense ou de la reconnaissance universelle. Par un exploit impliquant nécessairement l'autolimitation et l'effort sur soi nous avons le pouvoir de connaître par l'expérience ce qu'est l'amour authentique et parfait car le sacrifice qui est à la source de tout exploit est bien la manifestation suprême de l'amour.

Le Seigneur nous appelle à l'exploit d'un amour opérant incarné dans un service plein d'abnégation du prochain, c'est-à-dire de ceux qui ont particulièrement besoin de notre soutien : ceux qui sont dans la souffrance, dans la solitude et la tristesse. Si cette loi donnée par le Seigneur lui-même venait à être observée par la majorité les hommes éprouveront un bonheur véritable. En servant les autres l'homme reçoit bien plus qu'il ne donne : le Seigneur Lui-même entre dans le cœur de l'homme dont la vie se transforme par l'action de la grâce Divine. Il ne saurait y avoir de sainteté sans labeur, de Résurrection sans le Golgotha, ni de transformation spirituelle et morale de la personnalité sans l'exploit.

Lorsque l'exploit devient l'existence non seulement d'un seul homme mais de tout un peuple, lorsque les cœurs de millions d'hommes s'unissent dans leur aspiration vers le Divin, qu'ils sont prêts à défendre leur Patrie, leurs nobles idéaux et leurs valeurs se produisent des phénomènes surprenants, miraculeux et parfois même inexplicables par la logique formelle. Un tel peuple acquiert une immense force spirituelle que sont incapables de terrasser les maux et les ennemis quels qu'ils soient. La meilleure preuve en est la Victoire remportée dans la Grande Guerre Nationale, victoire due à l'exploit plein d'abnégation de notre peuple. Nous allons cette année célébrer le 70e anniversaire de cet évènement glorieux.

Nous avons vocations à maintenir intacts notre sérénité et notre courage, quelles que soient les épreuves et les tentations à surmonter car nous avons reçu les grandes et lumineuses promesses du triomphe sur le mal. Est-ce à nous de désespérer et de sombrer dans la tristesse ! Nous sommes l'Eglise du Christ et, selon la véridique parole du Seigneur, « Les Portes de l'Hadès ne tiendront pas contre elle » (Mt 16,18), c'est de nous que témoigne la Révélation Divine en prédisant « Il essuiera toute larme de leurs yeux : de mort, il n'y en aura plus ; de pleurs, de cris et de peine, il n'y en aura plus, car l'ancien monde s'en est allé » (Ap 21, 3-4).

Bien-aimés dans le Seigneur Eminences, vénérables prêtres et diacres, chers frères et sœurs, je vous souhaite en invoquant Dieu les forces de l'esprit et la fermeté dans la foi, la paix et une joie intarissable pour le Seigneur qui a triomphé de la mort. Pénétrons-nous de la lumière de la Résurrection du Christ et du mystère du miracle pascal partageons avec les proches et les lointains la radieuse joie témoignant à tous que le Sauveur n'est plus dans le tombeau.

Que dans tous les instants de notre vie nous soyons immuablement réconfortés et renforcés, que nous éprouvions la vraie joie de l'existence, que nous soyons inspirés à faire le bien par les ardentes paroles de la bonne nouvelle pascale :

Le CHRIST EST RESSUSCITÉ!
IL EST VRAIMENT RESSUSCITÉ!

+CYRILLE,
patriarche de Moscou et de toute la Russie,

Moscou, Pâques 2015